Plus de 250 métiers dans tous les domaines

Ingénierie, conception, études et recherche
> 89 résultats
aérodynamicien/ne
De l'avion, civil ou militaire, en passant par les hélicoptères, les navettes spatiales ou les satellites, l'aérodynamicien conçoit et développe les profils d'engins propulsés dans l'espace aérien. Objectif : optimiser leur pénétration dans l'air en améliorant leur forme et leurs composants. Ses objectifs sont à la fois économiques et environnementaux : consommer moins d'énergie, générer moins de bruits et de chaleur, notamment lors de la propulsion. L'aérodynamicien combine connaissance fine de la mécanique des fluides et créativité pour concevoir des formes innovantes tout en intégrant des contraintes techniques. Il exerce surtout dans les secteurs de l'aéronautique ou des transports. 
agent(e) des méthodes - secteur textile
agent/e de développement local
Qu'il s'agisse de favoriser l'implantation de petites entreprises ou de créer des équipements sportifs, l'agent de développement local conçoit des programmes d'action et suit leur mise en oeuvre sur le terrain. Il sait monter des dossiers administratifs et financiers, animer des réunions et rédiger des comptes rendus pour les élus. Dynamique, autonome et disponible, ce professionnel est doté d'une forte aptitude au dialogue. Les débouchés se situent principalement dans les collectivités locales.
architecte naval/e
L'architecte naval dessine le navire (coque, pont, voilure...) et effectue les calculs nécessaires à sa bonne marche (flottabilité, résistance des matériaux...). Il intervient principalement dans le secteur de la navigation de plaisance. Rigoureux, précis et minutieux, il sait imaginer les formes et les volumes dans l'espace. Il maîtrise les outils informatiques de dessin industriel, les logiciels classiques pour les plans, ceux de tracé et de calcul de carène (la partie immergée du navire) et des programmes spécialisés pour les nombreux calculs de structure. Le métier attire beaucoup, mais seulement quelques dizaines de professionnels exercent en France.
architecte produit industriel
L'architecte produit conçoit ou améliore des produits ou des technologies en milieu industriel. Ses objectifs : répondre à un besoin de développement commercial et/ou d'innovation, sans perdre de vue la qualité, le budget ou les délais. Pour cela, il réalise une étude de faisabilité de son projet, fait des propositions techniques et technologiques, et réalise régulièrement des synthèses des différents besoins pour définir une stratégie produit. Parfois, modifier un produit le conduit à revoir toute une gamme proposée par l'entreprise.
attaché/e de recherche clinique
L'attaché de recherche clinique (ARC) fait le lien entre l'équipe de développement du médicament au sein du laboratoire et les médecins " investigateurs " au contact des malades. Personnage clé des études cliniques qui précèdent la commercialisation d'un médicament, il est chargé de mettre en place le protocole d'essai. Il recueille les données et veille au respect des bonnes pratiques cliniques. Il possède un bagage scientifique, indispensable pour aborder le domaine thérapeutique.
auditeur/trice qualité
Pour chaque site demandant une certification, l'auditeur qualité réalise des audits d'évaluation et d'habilitation dans les domaines de l'hygiène, de la qualité, de la sécurité et de l'environnement. Il établit un rapport qui sera soumis au comité certificateur. En cas de non-conformité, il rédige les rapports d'audit de contrôle qui accompagnent la mise aux normes du site. Il pointe les dysfonctionnements dans le but d'améliorer la qualité des produits et des process.
cartographe

Du plan de métro à la carte politique, la cartographie s'affiche partout. Il existe une grande variété de cartes, qui permettent la connaissance, la représentation, la gestion et l'aménagement d'un territoire, dans tous les domaines. Le travail du cartographe a beaucoup évolué avec l'outil informatique et les SIG (systèmes d'information géographique). Les débouchés se situent dans les services d'urbanisme des collectivités territoriales, les grands organismes, les bureaux d'études et à l'IGN (Institut géographique national).
chargé/e d'études économiques
Le chargé d'études économiques est au coeur de la stratégie d'un groupe multinational, d'une banque ou d'un organe de décision politique. Ce fin limier de l'activité économique réalise des études et des prévisions capables d'influencer des choix de marchés ou d'implantation d'entreprises, ainsi que des décisions politiques. Ce métier requiert une formation de niveau ingénieur, master ou diplôme de grande école de commerce.
chargé/e de recherche et développement déchets
Le chargé de recherche et développement déchets met au point de nouvelles formes de traitement des déchets. Il analyse les comportements et spécificités des clients (industriels, collectivités, professionnels de santé...), leur propose des traitements, élabore des stratégies de tri. Il s'intéresse notamment aux déchets dangereux qui posent un problème de gestion particulièrement aigu. Il peut, par exemple, travailler au sein du laboratoire de recherche d'un groupe de l'industrie nucléaire.
chargé/e de valorisation de la recherche
Une découverte, une invention ? Le chargé de valorisation de la recherche intervient pour protéger les travaux des chercheurs et leur trouver une application industrielle. Il négocie et rédige des contrats de collaboration ou de licence avec des partenaires privés ou publics. Il évalue le projet et accompagne les chercheurs dans les différentes étapes (appel à projet, recherche de partenaires, analyse marketing...). Des qualités d'écoute et un esprit de synthèse sont nécessaires pour exercer ce métier.
chef/fe de projet démantèlement nucléaire
Le chef de projet démantèlement nucléaire coordonne tout le processus d'arrêt d'une installation, de la décontamination à l'évacuation des déchets, jusqu'au démontage du bâtiment réacteur dans une centrale. Il chapeaute une équipe de travail selon le scénario de démantèlement qu'il a lui-même orchestré, en veillant à la sécurité. À mesure que de nombreuses installations arrivent en fin de vie et qu'une génération d'experts part à la retraite, les jeunes ingénieurs sont de plus en plus recherchés.
chef/fe de projet territorial

Le chef de projet territorial cherche à améliorer la vie quotidienne des habitants d'un quartier ou d'une ville. Pour relever ce défi, il encadre des projets de développement sur différents thèmes : habitat, aménagement, transports, vie culturelle, sécurité... Un bac + 5 est souvent nécessaire pour accéder à ce métier à la croisée des priorités des élus et des points de vue des habitants et des associations. Capacité d'écoute et de dialogue, conviction et diplomatie sont indispensables.
consultant/e en management de l'innovation
Le consultant en management de l'innovation aide les entreprises à mettre en place des innovations technologiques comme de nouveaux produits tels que des shampooings traitants, des matériaux isolants... Il rencontre le personnel et la direction pour analyser la situation et les enjeux pour l'entreprise, et suit le projet jusqu'à sa réalisation. Selon les cas, il peut apporter des conseils pour financer la recherche, réorganiser l'entreprise, ou modifier les processus de recherche et développement.
consultant/e en validation
Le consultant en validation est un expert en normes de qualité. Il intervient dans les industries pharmaceutiques, agroalimentaires, cosmétiques, etc. pour s'assurer qu'elles pourront passer l'inspection des organismes de sûreté de l'État (ANSM, Anses...). Il travaille en cabinet-conseil et intervient en mission chez le client. Il est souvent ingénieur de formation ou a suivi un master dans son domaine d'expertise (biologie, chimie, informatique, etc.).
designer d'interaction
Le designer d'interaction choisit la façon dont un objet ou un service va se comporter dans le dialogue avec l'utilisateur. Il doit d'abord comprendre la problématique et les besoins du client commanditaire, puis il entreprend une étude sur les futurs utilisateurs et le contexte dans lequel le produit ou le service sera utilisé. Ensuite, il peut explorer différentes solutions.
designer/euse industriel/le
Le designer est un créateur dont l'activité s'applique au produit industriel. Son objectif : donner à un objet, ou à un espace, une enveloppe séduisante et fonctionnelle, en intégrant des impératifs techniques et financiers. C'est un métier qui demande à la fois un bon coup de crayon, le sens du travail en équipe, une excellente connaissance des matériaux et des compétences en marketing.
dessinateur/trice en construction mécanique
Le dessinateur en construction mécanique conçoit divers objets (éléments d'appareil de chauffage, éléments de plomberie...) avant leur fabrication en usine. Il réalise une série de plans et de schémas des différentes pièces sur ordinateur, calcule leurs caractéristiques (diamètre d'un roulement, course d'un vérin...) en veillant à respecter les normes en vigueur. Il exerce en bureau d'études dans tous les secteurs de l'industrie. Qualités indispensables dans ce métier : autonomie, créativité et sens de la communication.
développeur/euse économique
À la croisée des secteurs économique et social, le développeur économique favorise la création d'activités nouvelles au sein d'une ville, d'une agglomération ou d'une zone rurale. À partir d'études et d'analyses du tissu local, il élabore des prévisions et participe à la réflexion sur le développement économique. Il exerce dans les collectivités territoriales, les agences de développement économique, les cabinets de conseil... Ses connaissances englobent l'économie, le développement local, le monde de l'entreprise et les acteurs publics.
développeur/euse rural/e humanitaire
Le développeur rural humanitaire développe des projets de développement humanitaire pour conduire les populations bénéficiaires vers l'autosuffisance alimentaire dans une perspective durable. Pour cela, il dispose de plusieurs moyens d'action. Il améliore les pratiques agricoles, monte des coopératives agricoles et les aide à trouver des marchés locaux. Ses employeurs sont les ONG (organisations non gouvernementales).
économètre statisticien/ne
Scientifique de haut niveau, l'économètre statisticien effectue un traitement mathématique et statistique de données économiques. Son objectif : fournir à ses employeurs (banques, assurances, entreprises industrielles et commerciales, PME, Banque centrale européenne, Inra, CNRS, Insee, sociétés de conseil, ministères, etc.) des éléments fiables et quantifiés afin qu'ils puissent prendre des décisions capables d'influencer des choix de marchés, d'implantation d'entreprises, voire de mise en place de politiques économiques.
géographe

Population, habitat, production, services, transports, échanges... le géographe s'intéresse à tous les facteurs qui influencent l'aménagement du territoire. Amené à collaborer avec d'autres chercheurs (géologues, climatologues, sociologues, économistes...), il contribue par ses recherches à prévenir certains risques naturels, à corriger les déséquilibres nés de la répartition des populations, à mieux organiser le territoire et, par là même, à améliorer la qualité de vie.
géomaticien/ne
De la collecte des données à la production de cartes thématiques et à la mise en place de SIG (systèmes d'information géographique), le géomaticien est le spécialiste du traitement de l'information géographique. Il utilise les données disponibles (cartes, statistiques, images satellites, etc.) pour concevoir des cartes thématiques et répondre aux attentes des secteurs nécessitant des représentations spatiales : aménagement et urbanisme, environnement, énergie, transports, géomarketing...
ingénieur/e analogicien/ne
L'ingénieur analogicien utilise les signaux présents dans la nature (comme la lumière, le son...) pour les transformer en signaux électriques. À partir d'un cahier des charges détaillant les fonctions de chaque élément à concevoir, et les exigences de coût, de qualité et de délais, il élabore des circuits intégrés (antennes, alimentation, capteurs...). Il réalise des schémas préalables et intervient dans la phase de tests avec des outils de mesure (oscilloscope, synthétiseur...) ou des logiciels de simulation.
ingénieur/e brevets
Une innovation peut valoir de l'or... Encore faut-il éviter qu'elle soit copiée ! C'est le rôle de l'ingénieur brevets, spécialiste en propriété industrielle, d'éviter à une entreprise le pillage de ses idées. Il rédige, à l'intention des offices de brevets internationaux, une demande qui démontre le caractère novateur de la découverte. Ensuite, il obtient un brevet, officialisant l'invention et garantissant à son découvreur l'exclusivité de sa commercialisation. Ce qui ne l'empêche pas d'effectuer une veille de la concurrence pour éviter toute contrefaçon ou plagiat.
ingénieur/e calcul
L'ingénieur calcul détermine les contraintes qui s'exercent sur les pièces à fabriquer : frottements, température, pression... Il en déduit leurs caractéristiques : dimensions, résistance des matériaux. L'ensemble est simulé sur ordinateur (écoulement de l'air sur une aile ou déformation consécutive à un choc), avec des logiciels de plus en plus sophistiqués. Une réelle attirance pour l'informatique est indispensable.
ingénieur/e chimiste
L'ingénieur chimiste conçoit les composants de notre quotidien (médicaments, cosmétiques, plastiques, textiles...). Intervenant à tous les stades de l'élaboration, de la production et de la commercialisation, ce scientifique exerce dans la chimie lourde, la chimie fine et la parachimie. Ses employeurs sont des groupes industriels, des laboratoires publics ou privés. Rigoureux et polyvalent, il débute souvent dans la fonction recherche et développement.
ingénieur/e chimiste en développement analytique
L'ingénieur chimiste en développement analytique est chargé d'assurer le suivi et la planification des analyses réalisées en laboratoire, d'optimiser la prise en charge des échantillons, et de maintenir la qualité technique des analyses. Il rédige et met en forme les résultats des analyses effectuées pour les présenter. Il travaille pour une entreprise privée, dirige un laboratoire ou exerce dans la fonction publique. Il est soumis à l'évolution des techniques et des produits.
ingénieur/e combustion et brûleurs
L'ingénieur combustion et brûleurs conçoit des équipements pour chaudières industrielles. Il améliore les brûleurs existants et met en oeuvre de nouveaux procédés pour améliorer leurs performances. Ses équipements à la pointe de l'innovation technique permettent de produire plus d'énergie en polluant moins. Au programme : études, calculs, réalisation de plans et de schémas. Il assiste aussi l'équipe commerciale et encadre les techniciens. Il travaille dans le secteur de l'énergie.
ingénieur/e concepteur/trice en mécanique
L'ingénieur concepteur en mécanique imagine les produits du futur (voitures électriques, robots...). Acteur incontournable du service R & D (recherche et développement), il suit les essais et les mesures réalisés sur un prototype (moteur, véhicule...), en vérifiant que celui-ci est conforme aux performances attendues. En fonction des résultats obtenus, l'ingénieur concepteur en mécanique peut effectuer des modifications sur la pièce (meilleure résistance, imperméabilité renforcée...).
ingénieur/e d'application
L'ingénieur d'application travaille dans une PME (ou un grand groupe du secteur de la santé) qui fabrique du matériel médical (scanners, échographes, etc.). Il assure la promotion d'une gamme de produits et d'appareils technologiques et forme les médecins à leur utilisation. Généralement, il est spécialisé sur un matériel précis. Il se déplace beaucoup pour rencontrer les médecins sur un secteur géographique étendu. Il forme aussi la force de vente de son entreprise.
ingénieur/e écoconcepteur/trice
L'ingénieur écoconcepteur évalue l'impact environnemental des produits que nous utilisons tous les jours. Il propose aux industriels qui les fabriquent des solutions alternatives pour moins polluer. Pour cela, il intervient aussi bien sur la conception que sur la fabrication d'un produit. Il travaille dans l'industrie, mais aussi en bureau d'études. C'est un créatif, qui n'a pas peur d'innover.
ingénieur/e électricien/ne
Raccorder des éoliennes au réseau d'électricité, créer des batteries pour les satellites de télécommunications, mettre au point des véhicules électriques... l'ingénieur électricien travaille chez les acteurs de l'énergie électrique (producteurs, équipementiers, intégrateurs de solutions et services), mais aussi chez des constructeurs de matériels, dans l'industrie des transports ou des sociétés d'ingénierie. Il réalise des études, développe des produits, gère des projets, négocie des contrats.
ingénieur/e électronicien/ne
L'électronique est partout : système de navigation, téléphone portable, télévision numérique, guidage de missiles, etc. L'ingénieur électronicien participe à la création de ces produits en définissant leur architecture ou celle des composants électroniques. Il effectue des simulations, réalise un prototype et procède aux essais afin de vérifier que ce dernier possède les caractéristiques attendues. En atelier, il organise, met en oeuvre, optimise et suit la fabrication des produits. Enfin, l'ingénieur électronicien spécialisé en ingénierie d'affaires peut vendre des services ou produits sur mesure.
ingénieur/e en aéronautique
Les ingénieurs en aéronautiques conçoivent, testent, fabriquent, entretiennent et commercialisent des avions et des hélicoptères (civils ou militaires), mais aussi des lanceurs spatiaux, des satellites et des missiles. Pour eux, la mise à jour permanente des connaissances est impérative pour rester à la pointe de la technologie. Ces ingénieurs employés chez les constructeurs aéronautiques exercent une palette d'activités aussi large que les technologies qu'ils connaissent et utilisent : électronique, mécanique, optique, télécommunications, matériaux composites...
ingénieur/e en automatisme
L'ingénieur en automatismes est le maître d'oeuvre de l'automatisation des usines, entrepôts, centres de tri. Qualité, fiabilité, délais : il jongle en expert avec tous ces paramètres pour concevoir et réaliser des systèmes automatisés complexes. Chef de projet, il négocie avec les fournisseurs et les prestataires de services. Gestionnaire et technicien, il est très recherché comme prescripteur dans les entreprises et dans les sociétés d'ingénierie qui sous-traitent la réalisation des projets.
ingénieur/e en caractérisation des matériaux
L'ingénieur en caractérisation des matériaux conçoit de nouveaux produits et fait évoluer ceux déjà existants (résistance à l'usure et à la corrosion des matériaux constituant les voitures, les avions, les bâtiments, les centrales nucléaires...). Pour cela, il étudie la composition et le comportement des matériaux, puis définit les moyens et les techniques à mettre en oeuvre. Il réalise des tests et des essais, et vérifie que les matériaux ont les propriétés attendues. Il exerce dans des centres de recherche, des laboratoires, mais surtout dans l'industrie.
ingénieur/e en construction automobile
Personne clé, passionnée par l'automobile et la mécanique, l'ingénieur en construction automobile participe à l'amélioration des modèles existants ou à la conception des véhicules du futur. Il travaille sur un projet depuis la conception jusqu'à la commercialisation, en passant par les périodes de tests. Bon technicien, il doit aussi avoir une vision surplombante du processus. Intéressé par l'innovation, il doit néanmoins prendre en compte un certain nombre de contraintes.
ingénieur/e en construction navale
Paquebots transatlantiques, barges ostréicoles, bateaux de pêche artisanale : autant de navires qui réclament à des titres divers l'intervention d'un ingénieur en construction navale. Polyvalent ou très spécialisé sur un aspect (systèmes de propulsion, structures métalliques, production et distribution d'énergie...), le poste réclame, dans tous les cas, des capacités d'encadrement et une grande rigueur.
ingénieur/e en électronique numérique
L'ingénieur en électronique numérique crée les puces électroniques contenues dans divers équipements (lecteurs DVD, MP3, téléphones portables, ordinateurs...). À partir d'un cahier des charges, il définit l'architecture matérielle et fonctionnelle de la partie numérique. Puis il choisit les composants et détermine leur organisation. Il pilote le développement, la mise au point, le déploiement et la documentation technique du projet. Une fois les circuits imprimés réalisés, il les teste et procède aux ajustements et mises au point nécessaires.
ingénieur/e en fonderie
L'ingénieur en fonderie participe à toutes les étapes de fabrication (depuis la conception jusqu'à la finition) de pièces de moteur d'automobile ou d'avion, canalisations... Pour cela, il utilise des logiciels de CAO (conception assistée par ordinateur), de calcul ou de simulation. À partir du cahier des charges du produit à réaliser, il établit des propositions chiffrées, définit les procédés et moyens de production qu'il organise et met en oeuvre. Il dirige les équipes chargées de la production.
ingénieur/e en mécanique
Qu'il travaille dans le secteur automobile, aéronautique ou métallurgique, l'ingénieur en mécanique crée de nouveaux produits, organise leur fabrication, améliore les moyens de production. Il peut occuper des postes très variés : études, essais, méthodes, fabrication, technico-commercial... Ses atouts ? De solides compétences techniques, mais aussi des aptitudes à la communication et au management.
ingénieur/e en métrologie
Spécialiste de l'analyse et de la mesure, l'ingénieur en métrologie est un maillon indispensable de la démarche qualité. Dans une grande entreprise ou un laboratoire spécialisé, il optimise les instruments de mesure et participe à la création de nouveaux logiciels pour assurer une plus grande rentabilité, en s'appuyant sur une équipe de techniciens. Il peut également gérer le parc des machines. Lorsqu'il est employé par une ESN (entreprise de services du numérique), il peut exercer une fonction commerciale. Il doit alors démarcher des entreprises afin d'élargir le portefeuille de clients à qui offrir les services de son unité.
ingénieur/e en production et expérimentations végétales
L'ingénieur en production et expérimentations végétales est un chercheur spécialiste des plantes. Il conçoit, met en oeuvre et assure le suivi de protocoles expérimentaux, dans la recherche agronomique. Il conduit des programmes de sélection, de croisement, de multiplication et de conservation des espèces végétales. Il travaille dans la recherche publique ou dans l'industrie, pour des semenciers, des producteurs de céréales, des industriels de l'agroalimentaire...
ingénieur/e essais
Entre la recherche-études et la fabrication, l'ingénieur essais a la responsabilité d'un programme de tests, depuis sa conception jusqu'à la mise au point, en passant par l'analyse des données. Il encadre généralement une équipe de techniciens essais et partage son temps entre son bureau et les lieux de tests : atelier, piste automobile, voies ferrées, etc. C'est un travail varié, en relation avec de nombreux secteurs de l'entreprise. Des compétences techniques et relationnelles sont requises.
ingénieur/e études et développement en logiciels de simulation
L'ingénieur études et développement en logiciels de simulation conçoit et développe les logiciels embarqués pour les équipements et systèmes de cockpits d'avions civils et militaires, à partir de spécifications établies avec les avionneurs. Il valide les logiciels sur les bancs de tests dédiés et accompagne les clients dans leurs phases d'essais en vol. Enfin, il participe aux audits menés par les organismes de certification et rédige la documentation pour les utilisateurs. Débouchés assurés pour cet informaticien de haut vol qui doit impérativement maîtriser l'anglais.
ingénieur/e fluides, énergies, réseaux, environnement
L'ingénieur fluides, énergies, réseaux, environnement veille à la qualité de l'air, au traitement des eaux, à la valorisation des déchets. Il conçoit ou exploite des installations techniques qui font circuler l'eau, l'air ou le gaz, pour produire de l'énergie propre. Il trouve les solutions pour que les entreprises industrielles et les bâtiments utilisent le biogaz, la biomasse, des circuits de récupération de chaleur. Elles réduisent ainsi leur facture énergétique et leurs émissions polluantes.
ingénieur/e frigoriste
L'ingénieur frigoriste conçoit et/ou développe des équipements frigorifiques ou de climatisation. Cet expert technique est un relais indispensable à la fois pour les équipes de techniciens et les commerciaux spécialisés dans la chaîne du froid. Il réalise notamment des études de marché pour mieux cibler les attentes du consommateur et des industriels. Il peut tout aussi bien travailler dans l'industrie agroalimentaire que les milieux hospitaliers, la logistique, le grand public... Accès au métier avec un diplôme d'ingénieur ou un master.
ingénieur/e intégration satellite
Ensemble, mécanique et électronique peuvent emmener très, très haut ! L'ingénieur intégration satellite met à profit ses connaissances techniques pour superviser l'assemblage des différentes parties d'un satellite, avant de tester sa résistance et de le lancer sur orbite. Pour réaliser cette lourde tâche, il planifie et coordonne le travail des différents intervenants sur l'intégration du satellite : monteurs, techniciens essais... et soumet ensuite le satellite à une batterie de tests.
ingénieur/e matériaux
Incollable sur les propriétés des matériaux, l'ingénieur matériaux analyse la pertinence technique et économique de leur utilisation. Il aide à la conception des produits par le choix optimisé de chaque matériau (métaux, polymères, composites...) et des procédés à utiliser pour leur mise en oeuvre. Il modélise les pièces et teste les matériaux par simulation numérique. Il exerce son métier en entreprise, en bureau d'études ou en centre de recherches.
ingénieur/e mathématicien/ne
À l'inverse du mathématicien qui travaille dans l'abstraction, l'ingénieur mathématicien transcrit en équations mathématiques des problèmes très concrets auxquels il doit apporter une solution. Il travaille en équipe pluridisciplinaire, en société de conseil ou en entreprise, dans tous les secteurs d'activité, de la banque à l'industrie en passant par l'environnement. Sa formation de niveau ingénieur lui permet d'aller de l'abstraction à la réalité et de saisir les impératifs de son employeur.
ingénieur/e métallurgiste
Exerçant dans un laboratoire de recherche, l'ingénieur métallurgiste s'efforce de trouver l'alliage, le matériau et le process adéquats à chaque projet qui lui est confié. Méthodique mais aussi inventif (pour imaginer de nouvelles solutions ou compositions), il travaille en équipe avec des techniciens qu'il supervise, et en collaboration avec les chefs de projet. Cet ingénieur de formation est recherché dans une industrie qui mise beaucoup sur la recherche.
ingénieur/e méthodes mécaniques
L'ingénieur méthodes mécaniques conçoit, organise et optimise l'ensemble des solutions techniques en vue d'une production en série ou à l'unité. Pour cela, il étudie la faisabilité technique et le coût de mise en oeuvre du projet, il choisit l'outillage et le type de main-d'oeuvre à mobiliser et à réserver pour la production envisagée. Charnière entre le bureau d'études et la production, cet expert doit arriver à concilier qualité et productivité. Pour cela, de bonnes connaissances techniques de terrain sont indispensables.
ingénieur/e nucléaire
Du développement d'équipements et d'installations nucléaires au démantèlement des centrales, en passant par la sûreté et la prévention des risques, différents profils d'ingénieurs nucléaires se côtoient. Leur fonction : réaliser des études ou des essais, faire du suivi d'ingénierie, piloter des process, effectuer des contrôles... Ce métier porteur est accessible après un diplôme d'ingénieur ou un master.
ingénieur/e opticien/ne
Expert en hautes technologies, l'ingénieur opticien recherche, développe et suit la production des instruments de l'optique instrumentale et de la photonique. C'est lui qui est à l'origine des DVD, des fibres optiques, des lasers et des endoscopes. Le métier s'exerce dans de multiples secteurs : aérospatiale, télécommunications, défense, biomédical...
ingénieur/e papetier/ère
Dans l'industrie papetière, l'ingénieur papetier est rattaché à la production. Il peut aussi être affecté à la recherche-développement ou assumer des fonctions technico-commerciales. Au sein de l'usine, il est responsable de toute une unité de fabrication. En charge de la gestion des équipes, des stocks et d'équipements automatisés, il veille à la qualité du produit, dans le respect des délais et des coûts. Il respecte aussi des critères environnementaux, dans ce secteur fortement polluant.
ingénieur/e plasturgiste
Les matières plastiques font partie de notre quotidien. En constante innovation, leur développement nécessite de recruter des personnels hautement qualifiés. L'ingénieur plasturgiste exerce des fonctions variées, de la conception à la commercialisation du produit. Si les cadres expérimentés sont les plus recherchés, les jeunes diplômés peuvent tirer leur épingle du jeu pour peu qu'ils aient le sens des responsabilités et une aptitude au management. La pratique de plusieurs langues vivantes est souvent nécessaire.
ingénieur/e procédés en chimie
L'ingénieur procédés en chimie conçoit usines et unités de production avec 3 préoccupations en tête : la sûreté, l'efficacité et la performance. Spécialiste des installations industrielles, il suit la mise en oeuvre d'équipements nouveaux, ou bien accroît les performances techniques des unités de production existantes, perfectionne les procédés de fabrication pour réduire les coûts, optimise la production... Il doit être à la pointe des avancées techniques, économiques et environnementales.
ingénieur/e production dans les biotechnologies
Au sein d'une entreprise du médicament, de la cosmétique, de l'alimentaire, de l'environnement ou de l'énergie... l'ingénieur production dans les biotechnologies améliore le rendement, en tenant compte des impératifs liés aux spécificités de fabrication et des procédures. Il met en place des mesures de prévention et de sécurité, contrôle l'état de marche des machines, s'assure de l'approvisionnement en matières premières, etc. Il identifie les anomalies et établit un plan d'action en cas de problème (commande de dernière minute, matériel défectueux, manque de personnel...).
ingénieur/e production en aéronautique
Devant piloter une ou plusieurs équipes de la ligne de production, l'ingénieur production en aéronautique supervise la fabrication d'un produit aéronautique, ou de défense, depuis l'achat des matières premières jusqu'à la réalisation du produit, avec pour souci principal le respect des procédures, des normes de sécurité, du cahier des charges et de la bonne tenue des comptes. Qu'il s'agisse de considérer les coûts de production, la qualité ou les échéances à respecter, tout passe par lui.
ingénieur/e production en mécanique
L'ingénieur de production mécanique a un rôle polyvalent, qui va de l'analyse des besoins en mécanique d'une production donnée au contrôle qualité, en passant par l'organisation du travail ou la maintenance. Selon la taille de l'entreprise, il prendra en charge tout ou partie de ces fonctions. C'est un chef d'équipe qui partage son temps entre le bureau et l'atelier. Bon communicant, il connaît les métiers de l'entreprise, les matériaux et les spécificités de la mécanique.
ingénieur/e qualité moteur
L'ingénieur qualité moteur conçoit, par exemple, des systèmes de propulsion pour lancer un satellite en orbite ou faire décoller un aéronef. Après avoir choisi les composants, défini l'architecture de l'élément et son intégration dans l'aéronef, il repère et supprime les défaillances. Après une phase d'études, un prototype est construit et est soumis à des essais et des tests au sol. Le métier s'exerce surtout au sein des (très) grandes entreprises de construction et de maintenance aéronautique (motoristes, avionneurs, équipementiers, compagnies aériennes...) ou des organismes de recherche spatiale.
ingénieur/e recherche et développement en agroalimentaire
Dans les industries agroalimentaires, l'ingénieur recherche et développement (RD) développe des concepts innovants. Il pilote la création de nouveaux produits depuis les tests en laboratoire jusqu'aux essais industriels. Les débouchés, plutôt rares, se situent surtout dans les grands groupes industriels, dotés de services spécialisés. Ouverte aux jeunes diplômés, la fonction RD fait souvent office de tremplin pour évoluer vers d'autres fonctions.
ingénieur/e systèmes embarqués
L'ingénieur systèmes embarqués conçoit des ordinateurs pour des avions, des voitures, des équipements transportables... pour surveiller, contrôler, communiquer... Il s'occupe du processus complet qui permet de concevoir une carte électronique, mais aussi de toute la partie programmation. Il assemble les composants électroniques (microprocesseurs), réalise les schémas, les câblages. Il peut aussi assurer les tests et le suivi de production. Objectif : que les bons ordres soient envoyés à un objet pour qu'il exécute une tâche précise. Il assure la qualité du système et prévient toute défaillance.
ingénieur/e textile
Avec le développement des tissus anti-bactériens, anti-taches, parfumés (grâce à une micro-encapsulation) ou résistants à des températures extrêmement élevées, le secteur textile est en constante évolution, et ce, grâce à l'ingénieur textile. Outre l'habillement et l'ameublement, les textiles ont aussi des utilisations industrielles et médicales. L'ingénieur textile peut être chargé de gérer la production, de contrôler la qualité et de mener des essais en laboratoire ou de la commercialisation des produits.
ingénieur/e traitement de l'image
Expert en mathématiques et informatique, l'ingénieur traitement de l'image s'occupe de systèmes logiciels et/ou matériels. Il participe à leur conception, en analysant nombre de signaux et images. De la TNT à l'imagerie médicale, ou encore la photographie, le cinéma 3D, la cartographie, la vidéosurveillance... les moyens sont nombreux, et susceptibles d'intéresser tous les secteurs. L'objectif : la numérisation de l'image qui permettra calcul, transformation et extraction d'informations plus précises.
optronicien/ne
L'ingénieur optronicien travaille à la mise au point de procédés et de produits, d'équipements ou de systèmes, à forte dominante optique et optoélectronique, ainsi que leur environnement électronique et logiciel... Il gère aussi l'approvisionnement, le choix des matières premières, le circuit de production, mais aussi la livraison chez le client. Et c'est sans compter le service après-vente qui est également de son ressort. Il teste aussi les produits avant livraison.
pharmacien/ne dans l'industrie
Ce n'est pas un métier mais plutôt une multitude de fonctions qui s'offrent au pharmacien dans l'industrie. Développement clinique, affaires réglementaires, fabrication, marketing... pratiquement toute l'industrie du médicament lui est accessible. Encore faut-il qu'il ait acquis, au cours de ses études, un profil « industrie », voire un double profil grâce à une formation complémentaire. Des opportunités de carrière l'attendent, à condition d'accepter le rythme soutenu de l'activité.
qualiticien/ne
Du bureau d'études à l'expédition des marchandises, le qualiticien traque les défaillances partout où elles peuvent survenir. En quête du zéro défaut, il met tout en oeuvre pour garantir aux clients des produits et des services qui répondent exactement à leurs besoins (prix, performances, fiabilité...). Machines mal réglées, matières premières défectueuses, erreurs de conception : sa mission est d'autant plus difficile que les défauts des produits peuvent avoir de multiples causes.
rédacteur/trice médical/e
Exerçant au sein de l'industrie pharmaceutique, le rédacteur médical rédige tous les documents liés aux essais cliniques effectués pour tester les nouveaux médicaments (rapports d'études cliniques, protocoles, formulaires de consentement, cahiers d'observations, notices...), ainsi que d'autres textes destinés au grand public. Un métier de communication qui nécessite un solide bagage médical.
responsable assurance qualité
La mission du responsable assurance qualité : améliorer les procédés de fabrication industrielle et l'organisation du travail. À toutes les étapes de la production, le responsable scrute la qualité : dosage, hygiène, conservation des produits, etc. Et c'est lui qui propose de nouvelles méthodes pour la production, s'il constate qu'elle n'est pas conforme aux normes ou qu'elle mérite d'être améliorée. Une fonction capitale, mais qui ne représente que 5 % des effectifs dans les industries pharmaceutiques, chimiques, agroalimentaires, des cosmétiques...
responsable d'ordonnancement
Spécialiste de la coordination et de la prévision, le responsable d'ordonnancement établit, pour chaque commande, le calendrier des opérations de fabrication, choisit les machines à utiliser et les opérateurs qui en assureront la conduite. Situé au carrefour des différents services de l'entreprise, il est à l'écoute des exigences de chacun : commerciaux, fournisseurs, responsables de production. Son rôle consiste aussi à régler les problèmes (incidents, retards, etc.) pour respecter les délais de livraison chez le client.
responsable de fabrication en agroalimentaire
Le responsable de fabrication en agroalimentaire pilote les ateliers de préparation, de fabrication et de conditionnement des produits alimentaires. Il encadre une équipe de production composée de responsables de ligne, de gestionnaires, d'opérateurs. Véritable chef d'orchestre, il suit la fabrication d'un produit alimentaire (yaourt, pâtisserie, produit préparé, poisson surgelé, etc.) au jour le jour. À lui d'organiser la production pour obtenir un produit irréprochable, livré à l'heure.
responsable de fabrication en chimie
Le responsable de fabrication en chimie planifie les activités de fabrication (produits ménagers, solvants, produits phytosanitaires, cosmétiques...) en respectant un cahier des charges (qualité des produits, quantité, délais...). Il établit le planning de ses équipes, lance la production puis en suit toutes les étapes, depuis la préparation jusqu'au produit final. Il est responsable des équipes qu'il encadre et veille au respect des procédés de fabrication ainsi que de la qualité des produits.
responsable de plate-forme biotechnologique
Le responsable de plate-forme biotechnologique coordonne l'activité technique d'un laboratoire utilisant du matériel de pointe (séquenceurs, robots analyseurs, microscopes électroniques ou autres fermenteurs...) mis en commun pour des universités, des grandes écoles, des laboratoires de recherche publique, des PME... Pour cela, il planifie les projets, gère les stocks de produits consommables, prévoit la disponibilité des techniciens formés sur chaque matériel... le tout dans le souci d'une démarche qualité. Il forme aussi les chercheurs au développement technologique.
responsable de production alimentaire
Le responsable de production alimentaire pilote la fabrication et le conditionnement des aliments transformés et cuisinés dans l'agroalimentaire. La production suit un processus exigeant, mis en place et surveillé par le responsable de production. Ses tâches sont essentiellement de deux ordres : l'organisation de la production (gestion des stocks, expédition dans le respect des délais, normes d'hygiène et de qualité) ; l'encadrement et l'animation des équipes.
responsable de projets culturels
Au sein d'une association, du service culturel d'une petite commune ou d'une Drac (direction régionale des affaires culturelles), le responsable de projets culturels propose des concerts, spectacles ou expositions dont il supervise la réalisation de bout en bout. Si les structures dans lesquelles il est amené à exercer sont de taille et de nature diverses, ce professionnel conserve la même ambition : faire partager sa passion et favoriser l'accès du public à la culture.
responsable des ouvrages hydroélectriques
En charge d'un ou plusieurs sites, le responsable des ouvrages hydroélectriques s'assure qu'ils sont fiables et respectent à la fois les objectifs de production et les règles de sécurité. En tant que responsable, il essaie d'optimiser les installations, établit les plannings de maintenance et les budgets, gère les équipes et rencontre régulièrement les acteurs locaux. Il se déplace beaucoup et doit allier compétences techniques et managériales. Une expérience préalable de 5 à 7 ans est demandée.
responsable du soutien logistique intégré
Le responsable du soutien logistique intégré intervient dès la conception d'un produit ou d'un système électronique. Son rôle : prévoir son entretien, les moyens de le réparer, choisir des matériaux adéquats, placer des voyants de contrôle et des outils de diagnostic de pannes à des endroits facilement accessibles... Il pense aussi à l'emballage, au stockage et au transport des matériels et des pièces de rechange. Le soutien logistique intégré est présent dans l'aéronautique, le transport ferroviaire et maritime, la production d'énergie, les télécommunications, la défense, la sécurité, etc.
responsable qualité en agroalimentaire
Traquer les anomalies, tester les matières premières, veiller au respect des normes sanitaires... Véritable chef d'orchestre des bonnes pratiques de fabrication, le responsable qualité en agroalimentaire passe au crible toute la chaîne de production pour garantir la sécurité des aliments. Un poste-clé dans l'industrie agroalimentaire.
roboticien/ne
Le roboticien conçoit des prototypes d'appareils utilisant des technologies de pointe. Les robots qu'il réalise sont utilisés dans l'industrie (automobile, aéronautique, agroalimentaire...) mais également dans les domaines de la santé, des services à la personne, de l'armée... A partir du cahier des charges, le roboticien définit l'architecture et la programmation du produit puis trouve les solutions technologiques qui permettront au robot de fonctionner. Enfin, il effectue une série de tests pour valider le produit.
rudologue
Le rudologue étudie le contenu de nos ordures et propose des solutions pour prévenir l'augmentation des déchets ménagers ou industriels. Il effectue des prélèvements sur site, analyse les caractéristiques de chaque déchet et envisage des solutions pour la collecte, le recyclage, la valorisation. Il travaille en bureau d'études, au sein des collectivités locales ou dans l'industrie. Un métier en plein développement, suite à l'adoption des lois fixant des objectifs de réduction des déchets.
spécialiste des affaires réglementaires en chimie
Le rôle du spécialiste des affaires réglementaires en chimie ? Obtenir l'AMM (autorisation de mise sur le marché) pour tout nouveau produit (cosmétiques, médicaments, substances chimiques...) et qui doit obligatoirement être enregistré auprès des instances de régulation, avant commercialisation. À lui de vérifier la conformité à la réglementation en vigueur du produit avant de constituer son dossier d'homologation (indiquant les composants, la formulation, les méthodes de fabrication, les contrôles qualité, les modes d'administration... ainsi que les données toxicologiques). Enfin, il prépare un RCP (résumé des caractéristiques du produit) sur les effets indésirables, les contre-indications...
statisticien/ne
Pour sonder l'opinion, encadrer les essais cliniques d'un médicament, évaluer les risques d'une compagnie d'assurances, mener une enquête publique... le statisticien collecte des données, élabore des questionnaires, analyse les résultats et les présente sous forme de courbes ou de graphiques. Un métier présent dans de nombreux secteurs d'activité, de l'administrations aux médias en passant par l'industrie.
statisticien/ne en analyse sensorielle
Le statisticien en analyse sensorielle travaille sur les goûts des consommateurs (couleur, odeur, aspect, saveur, etc.) concernant les produits de son client ou de son entreprise. Il fournit des éléments objectifs et quantifiables qui seront des aides aux décisions stratégiques pour l'amélioration ou le marketing d'un produit donné. Il peut travailler directement en entreprise dans les secteurs de l'agroalimentaire, la cosmétique, l'automobile, etc., ou dans un cabinet spécialisé.
statisticien/ne en géomarketing
À la croisée des statistiques, du marketing et de l'information géographique, le statisticien en géomarketing est un expert des bases de données. Il croise les informations afin d'aider son client à choisir une localisation, optimiser l'implantation de ses points de vente ou améliorer ses services. Ce métier encore jeune est présent dans de nombreux secteurs. Le statisticien en géomarketing est généralement titulaire d'un diplôme (de niveau bac + 5) en statistique ou mathématiques appliquées. Une double compétence en marketing, par exemple, constitue un plus.
statisticien/ne industriel/le
Prévoir la durée de vie d'un produit industriel ou les pannes de machines, contrôler la qualité, optimiser et réguler la production... autant de défis lancés au statisticien industriel qui doit d'abord analyser la demande de près puis rechercher les données nécessaires pour ses analyses. Les statisticiens sont recherchés dans tous les secteurs de l'industrie, de l'automobile à l'aéronautique en passant par l'énergie. Ils sont généralement titulaires d'un diplôme en statistiques ou mathématiques appliquées de niveau bac + 5.
technicien/ne chimiste
Le technicien chimiste peut exercer dans l'industrie chimique mais aussi dans les secteurs de l'énergie, l'aéronautique, l'agroalimentaire, la plasturgie, etc. En chimie, on le retrouve dans la branche chimie lourde, la chimie fine ou la parachimie. Ses lieux d'exercice sont variés : en laboratoire, il réalise dosages et réactions chimiques afin d'élaborer ou améliorer des produits. Dans un atelier de fabrication industrielle, il surveille nuit et jour les appareils et systèmes automatisés.
technicien/ne électrotechnicien/ne
Le technicien électrotechnicien intervient dans les secteurs du bâtiment, de la maintenance et de la production industrielle. Il peut réaliser l'installation électrique d'un bâtiment en mettant en place les câbles qui distribuent les courants forts et faibles. Et raccorder différents appareillages : tableaux électriques, dispositifs de sécurité, etc. Avec un niveau bac + 2 et selon l'entreprise qui l'emploie, il peut être technicien d'études, d'essais, de contrôle, de fabrication.
Retour haut de page